Publicités

La NES Mini est un ordinateur Linux

 

Vous avez peut-être entendu parler de la nouvelle console Nintendo, la NES Mini. Le géant japonais du jeu vidéo a décidé de rééditer sa première et mythique console pour le plus grand bonheur des trentenaires qui peuvent ainsi retrouver les jeux de leur enfance.

La console n’a pas grand chose à voir avec sa glorieuse ancêtre. Si le look reste le même, elle est nettement plus petite puisqu’elle tient dans une main de geek devenu père de famille. Vous n’aurez pas, hélas, le plaisir de souffler à nouveau dans une cartouche de jeu, la console est fournie avec 30 jeux dans sa mémoire et vous n’en aurez pas un de plus, il est impossible d’en rajouter . Néanmoins vous y trouverez tous les grands jeux qui ont fait le succès de cette vénérable institution de Super Mario à Zelda en passant par Punch Out.

La NES Mini a la particularité d’utiliser le noyau Linux comme le vous montre brièvement le défilement des conditions d’utilisation des licences dans cette vidéo Youtube. Si cette nouvelle peut sembler banale depuis que la PlayStation 4 tourne grâce à Free BSD, on peut toutefois se féliciter de l’opportunité que représente le monde du logiciel libre pour les géants de l’entertainement.

Moi en tout cas, j’ai trouvé le cadeau que je vais me faire à Noël…

nes-classic-680x420

Liste des jeux disponibles:

Balloon Fight, BUBBLE BOBBLE, Castlevania, Castlevania II: Simon’s Quest, Donkey Kong, Donkey Kong Jr, DOUBLE DRAGON II: THE REVENGE, Dr. Mario, Excitebike, FINAL FANTASY, Galaga, GHOSTS’N GOBLINS, GRADIUS, Ice Climber, Kid Icarus, Kirby’s Adventure, Mario Bros, MEGA MAN 2, Metroid, NINJA GAIDEN, PAC-MAN, Punch-Out!! Featuring Mr., Dream, StarTropics, SUPER C, Super Mario Bros, Super Mario Bros. 2, Super Mario Bros. 3, Tecmo Bowl, The Legend of Zelda et Zelda II: The Adventure of Link.

Publicités

1 Comment on La NES Mini est un ordinateur Linux

  1. Je pense qu’on va en ré-entendre parler très vite, car Nintendo à peut-être fait une belle gaffe avec cette console:

    – Le port USB d’alimentation est aussi un port data
    – Il y a les pins d’un port UART sur la carte mère
    – Le SoC ARM dessus est bootable dans un mode de debug en maintenant le bouton reset pendant le boot
    – un hacker japonais à déjà réussi à flasher son kernel compillé à la main dans la boite : http://arstechnica.com/gaming/2016/11/nes-classic-joins-the-can-it-run-linux-club-has-custom-distro-installed/

    affaire à suivre… 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :